Aphrodite’s Child – 666

Si vous êtes hexakosioihexekontahexaphobique (peur du chiffre 666), cette émission n’est pas pour vous.

Sinon je vous propose de tutoyer le diable et de découvrir l’album 666 du groupe grec Aphrodite’s Child. Si la sulfureuse prestation orgasmique d’Irène Papas évoquant la naissance douloureuse de l’antéchrist était peut-être justifiée dans le cadre d’un concept inspiré par l’apocalypse de St jean, elle aura du moins retardé la sortie de l’album. Ce dernier verra le jour en 1972 après la dissolution du groupe. Œuvre unique et radicalement différente des premières productions pop du groupe, elle était tellement en avance sur temps qu’il faudra plusieurs années pour en reconnaître pleinement la valeur. Vangelis Papathanassiou, Demis Roussos et leurs deux acolytes ont réussi à produire un album fondateur qui est l’équivalent grec des plus grandes réalisations progressives de l’époque ; Brassage maîtrisé des genres musicaux avec inclusion du folklore local, éclatement des tempos, maîtrise des synthés et de l’électronique, sans oublier l’incorporation d’expérimentations surprenantes : tout est bien là. Cette musique délirante et ambitieuse, oubliée sans doute en raison de son origine grecque, mérite toute l’attention des amateurs que vous êtes.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *