Eveline CHARMEUX

C’est un petit bout de bonne femme qui cache une formidable énergie, un caractère bien trempé et des convictions solidement enracinées.

Une vie toute entière consacrée à la pédagogie, parce qu’enseigner est le plus beau métier du monde si et seulement si il fait sa place à la pédagogie.
Ce dimanche, à quelques jours de la parution de son « livre de souvenirs » comme elle l’appelle, c’est Eveline CHARMEUX que nous recevons.

De Jacky, notre croqueur littéraire :

Eveline, sachant que vous veniez je me suis retrouvé sur les carnets pédagogiques. J’ai tout bien lu. Si, si…

Et bien croyez moi ou pas, j’ai tout compris et je suis d’accord avec vous. Si, si…

Dites moi puisque nous sommes entre afficionados, puis je demander des dommages et intérêts au maître d’école qui me faisait mettre à genoux sur une règle carrée lorsque je ne connaissais pas une leçon par cœur ? Croyez vous que ce soit pour cela que je déteste m’agenouiller ?

Bref, Eveline, il faut que je vous dise, je vous déteste. Figurez vous qu’après m’être régalé de vos mots, j’ai tenté de faire le test Binet. Bon je clique sur trente questions…

Vous le voyez, je n’ai peur de rien. Bon collection de chiffres et de lettres, de questions plus ou moins stupides, je remplis et je fais fonctionner mes deux neurones. Je regarde le résultat : Fatidique, j’ai moins de QI qu’une huître.

J’aurais été tout seul, passe encore, mais il y avait mon chat. J’ai eu beau fermer mon écran rapidement, je crains avoir vu se dessiner un sourire sur son museau. Est ce parce que je venais de voir « Alice au pays des merveilles » ?. Ben oui quoi, le chat qui sourit.

Moi qui me tue à lui dire qu’il n’est qu’un bide sur pattes, me voilà en infériorité par rapport à lui.

Oui, je sais, je fais diversion. Vous n’avez rien à faire de mon chat ni des résultats du Binet.

Vous savez que vous êtes dangereuse ? « Un échec scolaire, c’est d’abord un échec des maîtres, des professeurs ». Cela remet en cause des tas de vie, des séances de psy à recommencer, des claques à distribuer. Vous êtes en train de me dire que j’aurais pu être… Je ne sais pas moi… Kant, Freud ou d’autres… J’aurais pu choisir.

En fait vous êtes une zadiste des écoles. Une anarchiste de la pédagogie qui nous dessine un avenir où l’on ne recherche pas les fautes pour punir mais pour améliorer le passage du savoir.

Il faut que je vous dise Eveline, je déteste l’école, enfin jusqu’à aujourd’hui. Demain je ne sais pas, bien qu’à la lumière de ce que je viens d’apprendre cette école est à des années lumières de ce qu’elle devrait être.

Eveline, vous venez d’éclairer le studio. J’ai revu Sartre à la tribune de la Sorbonne, j’ai revu des élèves renverser les valeurs. Je nous croyais hasbeen, nous ne le sommes plus.

Allelouïa, je ne vous déteste plus. Tiens je vous claque une bise, vous voulez bien ? A bas les rapports verticaux, vive l’horizontal , et puis c’est bien comme cela que l’on rêve et qu’on fait l’amour non ?

Je ne saurais dessiner en quelques mots et si rapidement les portes et les fenêtres que vous ouvrez. Vous me réconciliez avec l’éducation aujourd’hui .

Allez une autre bise…

Son blog : http://www.charmeux.fr/blog/
Son dernier ouvrage : Une vie d’école : révoltes et rêves d’une pédagogue

Bilangué sous les arbres

  • Animé par : Ninon et Hélène
  • Diffusion : Dimanche à 13h heures et mardi à 23h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *