Herbert West, réanimateur-Episode 4-H.P.Lovecraft

Je lisais récemment, dans une nouvelle fantastique dont le titre et l’auteur momentanément m’échappent (mais ce n’est que partie remise), que les monstres (morts-vivants, aliens etc.) relèvent d’une horreur somme toute commode et rassurante. Ce quatrième épisode me semble merveilleusement, si je puis dire…, illustrer ce propos. Comme le dit le narrateur, pour ce qui est de l’horreur, les épisodes précédents nous ont plutôt bien servis…Ce n’était qu’un hors-d’oeuvre…Je n’en dis pas plus!

Le choix musical du début pourra décontenancer… Mais comprenez-moi chers auditeurs anonymes : lire et relire du Lovecraft, en l’occurrence cette nouvelle, ça vous immerge dans une certaine atmosphère, n’est-ce pas? Et cette musique douce et mélancolique, avec cette voix brrrrr…, cela vous fait du bien! Mais, en dehors de cette considération humorale, j’en suis venu à penser que la tonalité de cet épisode est mélancolique ; il y a comme un point de non retour qui a été définitivement atteint (il est vrai qu’on n’en était pas loin dans les épisodes précédents…). D’où ce contraste entre la comptine de l’enfance innocente et l’existence absolument ravagée de West et de son ami/assistant/double.

Ah, oui, une dernière chose : vous remarquerez peut-être, avant le début du récit et après le générique de l’émission, deux cris, le premier, d’un lion et le second, d’un cochon. Il s’agit du logo sonore de la CGSD, la Ciné Grouic Système-D, une filiale radiophonique de la fameuse MGM.

Bonne écoute,

Olivier

Ferme les yeux

  • Animé par : Olivier
  • Diffusion : le jeudi à 23h et rediffusion le vendredi à 12h35

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *