Les Classiques du rock, de retour du bistrot

Pour cette émission consacrée aux classiques du rock, nous souhaitons la dédier à :
Et bien tout d’abord à Nathalie qui a parfaitement joué le jeu, merci à elle d’avoir participé, à la chienne de Didier Loupiote (note Didier : il y a 2 t à Loupiotte !) qui peut-être un jour arrêtera de me lécher (une vraie chienne celle-là), à toi Didier et à moi pour être si bien organisés que nous en oublions même les jingles maintenant, à la vendeuse de la boulangerie Belloubet qui nous a photographié pour cette émission, à Claude François que nous ne martyrisons plus, à Obi-Wan Kenobi, aux Post-it (les trucs jaunes hors de prix pour de si petits morceaux de papiers mais que nous utilisons tous), à mon frangin qui a eu son bac haut la main, au super niveau de tennis qu’ont les amis du badminton, à la Grèce qui progressivement se transforme en moussaka, aux logiciels de Didier qui pourrissent mon ordi mais qui sont bien utiles, aux moustiques qui bordent l’Aveyron et m’aiment tellement, à mes voisins tous plus vieux les uns que les autres (avis à la population, des apparts vont se libérer très prochainement), encore à mes voisins de palier qui sonnent chez moi en pensant qu’il s’agit de l’interrupteur de la lumière, à tous ceux qui défoncent le bouquin de Lorant Deutsch le royaliste (ce qu’ils pouvaient être mauvais ces révolutionnaires…), à ceux qui militent pour que les joueurs de foot de l’équipe de France soient envoyés en Sibérie pour un stage d’entrainement, à Georges Moustaki, Jean Ferrat et tous ceux qui chantent la Liberté, aux épilations des coureurs du tour de France, au vin des Côtes de Millau (enfin pas tous quand même), à mon vieux chat Bambou, à l’ascenseur social depuis longtemps HS, aux repas des hôpitaux, au non conformisme, à notre liberté d’antenne, à Gogol Ier qui est vraiment fou… Aux salariés de PSA victimes du capitalisme sauvage et fou et aux milliers de travailleurs qui sont en ce moment menacés, aux millions de travailleurs pauvres, aux millions de gens qui sont dans la misère et qui n’ont même pas un travail pour se revendiquer travailleurs pauvres, à Hearts of Iron 3 for the motherland qui me fait aussi passer quelques nuits blanches, à Davy Crokett qui non seulement éradique les castors, mais qui a surtout buté, à 14 ans, d’un seul coup de fusil notre cousin Grizzly d’amérique et nous a permis à Antho et à moi d’hériter de notre oncle d’Amérique, au camion à pizza situé devant la poste, aux teintures pour cheveux, à mon voisin qui dans un esprit patriotique veut aider Total à se faire encore plus de fric en laissant tourner le moteur de son diésel de 06h15 jusqu’à 07h00 juste en bas de chez moi, aux jolies mongolfières qui sont passées au-dessus de chez moi il y a peu, aux gardons qui dernièrement voulaient bien mordre, à la Pina Colada, à ce pauvre employé de mairie et son regard désabusé devant toutes les plantations saccagées dans la ville après le 14 juillet… (si vous voulez faire des conneries intelligentes, allez donc plutôt pisser devant la porte d’une permanence FN, en plus, un 14 juillet, quoi de plus patriotique ?), au temps qu’il fait, au temps qui passe, et aux temps qui arrivent… Voilà, voilà…

Arrête la Danse des Ours

  • Animé par : Didier et Anthony
  • Diffusion : Le dernier mercredi du mois de 22h à 23h - Rediffusion : Le dimanche qui suit de 23h à minuit

Il y a un commentaire

  1. Anthony :

    Du lourd du lourd du lourd!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *