Pierre et Claude Buraglio

Marine et Bénédicte nous font faire le tour de la nouvelle exposition de l’Atelier Blanc.
Claude Buraglio fabrique des images avec d’autres images. Images empruntées, qu’elle puise dans des revues des années 30. L’artiste découpe, recadre, lithographie, change d’échelle, morcelle… Ces gestes sont ceux du peintre. Peintre, son père Pierre Buraglio, l’est. Un « peintre sans pinceau », et sans toile, telle est sa dénomination. Longtemps il refusa les pratiques traditionnelles du peintre, outils et gestes, pour plutôt ramasser, récupérer, coller et faire œuvre de l’ensemble. Les créations ainsi constituées d’éléments hétéroclites crées ou détournés interrogent par le processus l’idée même de peinture.
Une exposition dont la singularité est de présenter un échange riche et surprenant entre un père et sa fille, un dialogue artistique rare et précieux.

L’Atelier Blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *