Roumegous toujours vivant

Un débat public pour un patrimoine commun : 17 mars à 18 h– Salle des Congrès (mairie) de Saint-Antonin-Noble-Val.
Une directive européenne, transcrite dans la LEMA (loi sur l’eau et les milieux aquatiques du 30 décembre 2006, arrive dans nos contrées d’aval en amont, comme Saint-Antonin remontant l’Aveyron sur sa barque.
La DCE n’a jamais posé comme impératif l’arasement, la destruction des chaussées qui sont sans utilisation : elle a laissé chaque pays décider de sa solution pour la qualité des eaux. La France a fait le choix, avec la LEMA, de privilégier la continuité de l’eau avec deux objectifs : les migrations des poissons et l’évacuation des sédiments.
Nous sommes devant un choix qui mérite un débat le plus transparent possible car ces chaussées qui ont des siècles d’existence appartiennent à tous et jouent un rôle important dans la vie de Saint-Antonin. Ces chaussées, ont-elles une utilité ? Actuelle ou à venir ? Que décider ?
Continuité hydrologique, patrimoine naturel et historique, potentiel énergétique, économie touristique, charge financière : tels sont les mots qui se télescopent et qui nous incitent à ouvrir le débat.

LE MAG QUERCY-ROUERGUE

  • Animé par : Lisa
  • Diffusion : du mardi au vendredi à 12h30, rediffusion à 19h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *