Alain Z Kan

La plupart du temps, le nom d’Alain Kan ne ravive pas les esprits, trop peu se souviennent de celui qui fut tour à tour Yéyé, Travelot, Toxico, Punk, et Hôte d’Adolf Hitler, avant de disparaître, au sens littéral du terme
Lors de son premier 45 tours, en 1963, Alain Kan est l’archétype du jeune ambitieux yéyé. Chemise proprette, pull en laine, cheveux courts et idées pas trop longues, il soulève des questions de sociétés ordinaires et d’amourettes, sur une orchestration gaulliste de rigueur. Un Ange. A l’époque, ceux du peloton de tête s’appellent Richard Anthony, Franck Alamo, ou Sheila. Mais pour Alain le pressé, après quatre 45 tours, le succès se fait toujours désirer. Tant pis, c’est l’heure d’aller servir sous les drapeaux. , A son retour, En 67, Alain rencontre Dani, Une chanson nait de leur rencontre: Mon p’ti photographe., la chanson est interdite à cause d’une phrase : « Il me prend dans toutes les positions, à genoux debout, assis par terre, de la photo il est le champion, il me prends des journées entières ». Dani introduit Alain auprès de Jean-Marie Rivière, Boss du tout nouveau cabaret l’Alcazar. En 68, Alain est engagé pour interpréter le personnage d’Amédée junior, qui met en scène des chansons à propos d’ébats amoureux, parfois homosexuels, souvents comiques, toujours en bas résille avec un canotier sur la tête. Le tout Paris s’y ballade. Gainsbourg, Régine, Barbara, Marie France, Cocaïne et Sister Morphine. Alain Kan vit cette expérience comme une libération. Il expliquera plus tard que l’Alacazar a permis au garçon timide de s’émanciper. La nuit Amédée Junior, le jour, Alain Kan. Hasard de la vie, sa demi-soeur vient d’épouser le chanteur Christophe. Elle ne s’appelle pas Aline, mais Véronique. Pas grave, il aide Alain, Dandy déjà un peu maudit, à sortir un morceau néo-twist, en 1973 : 55-60, dès que vient le samedi soir. Kan est double. Le jour variétoche. La nuit débauché. En bon ange déchu, il lorgne déjà du côté d’un certain David Bowie. Il sortira deux titres, Star ou rien et La vie en Mars,.Plus tard, il dira qu’il a été enlevé par David Bowie, durant 10 jours.
En 1975, il sort son premier véritable album solo : Et Gary Cooper s’éloigna dans le désert. C’est la rupture. Un virage. Une autre direction. La chanson Nadine, Jimmy et moi clame les joies du triolisme. Kan voit son album interdit pour incitation à la drogue et à l’homosexualité. Le gouvernement n’est pas très Pompompidou. Alain le malin endosse son costume de semeur de trouble. Dans Ange ou Démon, ils chante : « Ange ou Démon/les deux sont en moi/je peux t’aimer ou bien te détester ». 1976, on ne change pas une équipe qui gagne : « Heureusement en France on ne se drogue pas », second album d’Alain Kan, une perle de provocation. Speed my speed est une chanson ou les paroles ne sont que des noms de drogues illicites :. Peyotl, cocaïne, gardenal, canabis, etc…. Dans cet album, il reprend la chanson de Piaf, Les blouses blanches. Il hurle « mais puisque je vous dis que je ne suis pas folle » totalement possédé(e). Ses provocations agacent. Interdiction de l’album évidemment. Kan s’en fout, l’heure de gloire du bordel arrive avec le mouvement punk.
Alain vient de monter un groupe dans la lignée des Stinky Toys, Métal Urbain, et Asphalt Jungle: Gazoline. En hommage aux Gazolines, groupe provoc’ issu du front homosexuel d’action révolutionnaire. Ca va faire hurler dans les chaumières. Un 45 tours enregistré en 2/2, des claques traversent la gueule des ados boutonneux lorsque les parents laissent traîner leurs oreilles sur le disque d’Alain. Amnésie générale, le groupe co-signent tout ses titres à la Sacem, car personne ne saurait dire qui fait quoi
De A à Z, Alain Kan ajoute le Z à son nom. Il n’a pas fait le tour de l’alphabet, mais revendique l’initiale du nom de son vrai père qu’il cherche activement. Il sort en 1979 l’album What ever happened to Alain Z. Kan. Un rail de nihilisme, Un garrot de douleur, une injection de pessimisme. Dans le titre Devine qui vient dîner ce soir?, il reçoit Adolf Hitler à sa table, pour mieux se foutre de lui. Le titre Le Charter est un monologue spasmodique qui se rapproche parfois plus du cadavre exquis que de la réthorique. Hey man est un nouveau clin d’oeil à Bowie, l’album est une nouvelle fois interdit de diffusion sur les ondes.. Une fois de plus, la provocation provoque.
Il sortira quelques années plus tard avec des musiciens de Taxi Girl, un ultime opus Parfums de Nuit, objet bruitiste, jusqu’au-boutiste, d’une grande modernité. Mais l’alcool et les drogues ont raison de son génie, condamné à la confidentialité. Devenu représentant pour des produits informatiques, le chanteur disparaît mystérieusement le 14 avril 1990 où il a été vu pour la dernière fois sur un quai de la station de métro Châtelet. Véronique, sa sœur, Christophe et ses proches lanceront un appel à témoin dans Perdu De vu sans obtenir de réponse. Et si, comme on le dit pour Elvis, il était toujours vivant ? Dans les cœurs de rockeurs sombres, ses mots résonnent eux toujours.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *