Blood Sweat and Tears

Découvrez le second album éponyme de Blood Sweat and Tears , sorti en 1969, juste après le départ de deux des membres fondateurs du groupe, Al Kooper, jusqu’ici chanteur et compositeur principal, et Randy Brecker, trompettiste. Le groupe changera sans cesse de line-up par la suite, Steve Katz, guitariste, en restera cependant le pilier. Souvent comparés à Chicago Transit Authority, Blood Sweat & Tears, qui tire son nom d’une phrase prononcée par Winston Churchill dans son discourt du 13 mai 1940 à l’orée de la seconde guerre mondiale, a un son bien particulier mais une identité musicale floue. Catalogués jazz-rock, ils jouent en fait un répertoire assez large de morceaux indifféremment blues, rock ou pop, voire même de style latino, mais avec des arrangements faisant la part belle à une section de cuivres complète. Le groupe a l’ambition d’apporter du neuf dans le paysage musical de l’époque et puiser dans le répertoire de Satie pour se démarquer…Incidemment, cet album a le même producteur que celui du premier album de Chicago, paru l’année précédente. et que je vous ai présenté dans l’émission du 29 septembre 2014. Cet opus sera cependant un succès commercial et critique, couronné par un grammy award en 1970.Il fait partit des mille albums qu’il faut avoir entendus dans sa vie et marque la naissance d’un style qui fera bien des ravages par la suite, le jazz-rock.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *