Félix Thiéfaine – Dernière balise avant mutation

Je vous propose le Quatrième album d’Hubert Félix Thiéfaine, « Dernière balise avant mutation », celui qui va révéler l’artiste à un public des plus aguerris, son œuvre la plus noire, la plus désespérée, la plus glauque. En 1981,Thiéfaine prend sa mélancolie de front, et ce pour le plus grand plaisir de ses fans! Les dix chansons présentes dans cet album transpirent la drogue, l’alcool, la folie, le désespoir mais aussi la sincérité. Du premier titre “113ème cigarette sans dormir”, chanson anti-militariste, anti-cléricale, bref anti-institutions, jusqu’au final “Redescente climatisée” au titre évocateur, Thiéfaine signe avec son compère Claude Mairet, autant de chefs d’œuvres que sont: “Narcisse 81”, “Mathématiques souterraines”, “Cabaret sainte Lilith”, le sublime “Une fille au rhésus négatif” ou encore “Exil sur planète fantôme”! Cet album est le virage à 180° que Thiéfaine n’attendait pas forcément, au contraire il ne pensait ni avoir de succès, ni même vivre assez longtemps pour s’en assurer. C’est une période pour Thiéfaine très marquée par la consommation de drogues dures! Heureusement cet album ne tardera pas à devenir très vite disque d’or. Hubert Félix entamera alors avec son futur album “Soleil cherche futur” une tournée hexagonale intense d’environ 2 ans sans interruption!

« A l’époque je prenais pas mal de drope, j’avais des sortes de visions, c’était toujours la mort qui arrivait. Je travaillais sur dernière balise, qui a donc une écriture junkie. Mais je n’ai jamais été junkie. Il y a eu cette courte période, ça a duré un mois, si j’avais continué une semaine, je l’aurais été » Propos d’Hubert Félix Thiéfaine recueillis par pascale Bigot.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *