Forever Changes

Logiquement, Forever changes aurait dû changer le cours de l’histoire de la musique pour toujours. Publié en novembre 1967, au lendemain de l’été de l’amour et des fleurs, le troisième album du quintet métissé de Los Angeles évoque une espèce d’ultime embolie euphorique, embuée toutefois d’un voile de mélancolie automnale qui annonce quelques désillusions prochaines. Vous avez dit amour et fleurs ? Voilà pourtant que l’ombrageux leader de ce groupe nommé LOVE choisit de poser au dos de la pochette avec à la main un vase brisé duquel dégringole un bouquet de fleurs fanées. Car Forever changes est parti d’une prémonition macabre d’Arthur Lee, persuadé au moment de mettre en chantier ce disque qu’il ne lui restait que quelques mois à vivre. La géniale épitaphe que constituent les onze chansons faramineuses de ce disque vinyle vaudra en fait seulement pour le groupe, disloqué peu après dans une scandaleuse indifférence.

Forever changes fait donc partie des quatre ou cinq disques les plus raffinés, les plus remarquablement écrits et interprétés, les plus fiévreux et foudroyants de toute l’histoire du rock. Ses couleurs flamboyantes n’ont jamais passé, ses contrastes intenses n’ont subi aucune érosion, ses audaces formelles comme la spatialisation de sa mise en scène sonore et instrumentale épatent à chaque écoute avec la même force. Pourtant lancé sur des rails tordus, ballotté pendant plusieurs mois entre divers studios de L. A., rongé de l’intérieur par le LSD et l’héroïne, Forever changes possède à l’arrivée l’irrésistible puissance d’un torrent, à l’image de plusieurs de ses plages submergées au beau milieu d’une accalmie folk par des déferlantes de cordes et de cuivres conquérants. Arthur Lee s’est expliqué par la suite à propos des options musicales étonnantes de l’album : profondément perturbé par les convulsions électriques d’Hendrix, il comprit qu’il était impossible de s’aventurer sans risque sur une telle poudrière et décida donc d’aller voir dans la direction opposée.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *