Le Woodstock Black

Mercredi 11 août 1965, le quartier de Watts, au centre sud de Los Angeles, s’embrase après le contrôle policier abusif d’une mère et de son fils. La protestation a viré à l’émeute, qui durera une semaine. La plupart des résidents de Watts sont afro-américains. Près de quarante mille habitants du quartier seraient descendus dans la rue. La garde nationale envoie plus de quinze mille hommes. Il y aura trente-quatre morts, plus de mille blessés et quatre mille arrestations. L’Amérique et le monde prennent en pleine figure la colère d’un ghetto. Le Watts Summer Festival, kermesse avec débats, expositions, défilés de mode, concerts s’en souviendra annuellement à partir de 1966. Dimanche 20 août 1972, la septième édition du Watts Summer Festival se conclut par un concert au Los Angeles Memorial Coliseum, plus au nord, dans le quartier de Figueroa Corridor. Les artistes programmés sont ceux de la maison de disques Stax, spécialisée dans la soul music et le funk. Coupes afros, vestes de cuir, chapeaux du dimanche, vêtements multicolores, pantalons pattes d’éléphants, ils seront plus de cent mille à assister au concert, prix d’entrée 1 dollar. Découvrons donc ce festival communément appelé le Woodstock Black.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *