OUVRIR LA RUCHE ET RETENIR LES ABEILLES . ESSAIMAGE

“Ouvrir la ruche et retenir les abeilles” (Des Artistes et des Abeilles -épisode 2) qui s’est tenue à la Topographie de l’art à Paris en 2018.

C’est l’artiste Martine Mougin, commissaire de l’événement, qui est à l’origine de ce projet. Liée à son enfance par l’implication passionnelle de son père avec ses ruches, Martine a suivi une formation apicole au Rucher école du Jardin du Luxembourg en 2015. Elle a pu capter, par la photographie, la vie d’une ruche et développer toute une recherche plastique sur le sujet, également à travers la vidéo et le dessin. Lauréate la même année de la Galerie Michèle Chomette, Martine Mougin sollicite des artistes concernés et sensibilisés par l’abeille. Elle en réunit dix-sept à Paris. Toutes et tous, à travers une palette de médiums, s’interrogent sur le mystère de la vie des abeilles et en particulier sur la menace de leur disparition. L’Atelier Blanc présente dix d’entre eux, de toutes générations, à Saint-Rémy et à Villefranche.

Elise Bergamini . Céline Cléron . Evelyne Coutas . Emma picard . Laure tixier

L’Atelier Blanc présente à l’Espace d’art contemporain de Villefranche-de-Rouergue les œuvres d’Elise Bergamini, Céline Cléron, Evelyne Coutas, Emma Picard et Laure Tixier. Le temps qui passe et son action sur le corps est au cœur de la démarche artistique d’élise Bergamini, plasticienne initiée à l’apiculture. Elle représente, à travers le dessin, la borderie et la cire, les fragments du corps d’une femme en lien avec quotidien de la vie des abeilles.

Dans la Régente, Céline Cléron laisse de laborieuses abeilles construire les alvéoles d’une ruche hors du temps en synergie avec la costumière de la Comédie française et un apiculteur.

Évelyne Coutas fabrique un support sensible à partir d’une combinaison de composants floraux et de miel, renouant avec les anthotypes du XIXe siècle.

Emma Picard définit son travail artistique comme de la sculpture collaborative : 50 000 “assistantes abeilles” sont venues sculpter, sur des dessins de lavis au jus de citron, l’abstraction géométrique de leurs alvéoles, une trame de “beexels”.

Laure Tixier, interroge, à travers le prisme des abeilles, les processus, les systèmes, les formes… Du vivre ensemble. L’abeille devient un modèle de la société.

L’Atelier Blanc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *