Santana – “Caravanserai”

Santana a peut-être marqué l’histoire de la musique avec ses 3 premiers albums, mais continuer dans la même voie au risque de se répéter aurait été une grossière erreur, et c’est une chose que Carlos et sa troupe semblent avoir compris.

En 1972 sort « Caravanserai » cet album est très différent de ses prédécesseurs. La touche rock fortement abondante auparavant a quasiment totalement disparu, et laisse sa place à un style plus orienté vers le jazz, autre grand amour de Carlos Santana.

Mais ce qui a fait l’originalité et la personnalité de Santana, à savoir l’incorporation d’instruments et de rythmes latins, demeure dans la musique, et est encore plus omniprésent. Certains morceaux étaient essentiellement rocks avant, cette fois-ci l’aspect latin de la musique est présent tout au long du disque. On pourrait donc dire que « Caravaserai » est un album de latin-jazz, fusion.

Ce changement stylistique n’a pas altéré la qualité des compositions, on a droit encore ici à du grand Santana, presque exclusivement instrumental. On peut donc apprécier pleinement les talents des musiciens qui ont tous, à un moment ou à un autre, la parole dans cet album, et qui nous offrent de grands moments d’évasion.

Le jeu si personnel de Santana fait encore des merveilles. Un jeu mélodieux, inspiré, ne tombant jamais dans l’auto parodie, et qui arrive à remplir à lui tout seul de longs morceaux sans ennuyer l’auditeur, peu de guitaristes peuvent prétendre arriver à faire cela. Le reste du groupe ne se contente pas “d’accompagner” derrière, mais serve les compositions comme il le faut, par leurs rythmiques endiablées ou bien posées, passant quant il le faut au premier plan.

« Caravanserai » constitue donc un virage bien négocié qui ouvre une voie dans laquelle Santana va cheminer pour abandonner de plus en plus son rock et continuer dans le jazz.

Enchaînement de titres qui traduisent parfaitement ce sentiment d’élévation spirituelle et de vagues intérieures que le groupe Santana a voulu partager sur cet album « caravanaserai » Une élévation graduelle, qui passe par les accents funky avant de continuer toujours plus haut vers ce soleil aveuglant, et de culminer sur un solo de guitare dont l’évidence mélodique et la fluidité épanouiront votre âme.

Vous attend sur la face B de ce disque vinyle un nouveau moment d’anthologie, qui donne son sens spirituel aussi bien que musical au mot ‘fusion’. Une joute incongrue entre des joueurs de congas, bongos et un vaisseau extra-terrestre; Vous bifurquerez ensuite vers des régions où règne salsa et bossa nova, avant d’être totalement engloutis dans un jazz-rock destructeur.

Un voyage stylistique et spirituel qui n’est pas pour me déplaire et que je vous propose dans cette émission.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *