Accident nucléaire à Three Mile Island / Serge Gainsbourg “Aux armes et caetera”

Ni décès ni blessures, ni effets néfastes sur la santé dira l’industrie nucléaires. Pourtant, ce 28 mars 1979, la grande peur de l’atome panique les États Unis. En Pennsylvanie la centrale nucléaire de Three Mile Island connaît un accident classé 5 sur l’échelle internationale des événements nucléaires, qui en compte 7. Un dysfonctionnement du circuit de refroidissement d’eau provoque une surchauffe du cœur du réacteur nucléaire puis la propagation dans l’environnement d’une vapeur d’eau radioactive. 200 000 personnes fuient la région avant que les autorités n’annoncent le rétablissement de la situation la 9 avril. Le président Jimmy Carter se rend lui-même sur place pour prouver à la population que tout risque est écarté.

———–

En 1979 Serge Gainsbourg a déjà exploré de nombreux genres musicaux : jazz, rock, disco, twist,… . Il s’attaque alors au reggae et enregistre à Kingston, en Jamaïque, l’album « aux armes et caetera » en moins d’une semaine. Le disque sort le 13 mars 1979 et connaît un succès retentissant, offrant à Gainsbourg son premier disque d’or après vingt ans de carrière. Mais il déclenche tout aussi vite une vive polémique suscité par la version de La Marseillaise créée par l’artiste. C’est l’écrivain Michel Droit qui tire le premier dans un article du Figaro Magazine, dénonçant « une profanation pure et simple de ce que nous avons de plus sacré » et flirtant avec l’antisémitisme en rappelant les origines de Serge Gainsbourg. Celui-ci répond par voie de presse : « On n’a pas le con d’être aussi Droit » Mais la polémique ne désenfle pas, les militaires, notamment, sont les plus virulents. Le 4 janvier 1980, à Strasbourg, il sera pris à partie par des parachutistes qu’il fera taire en chantant a cappella La Marseillaise. « J’ai mis les paras au pas », se vantera t-il plus tard.

Le 14 décembre 1981 Gainsbourg achètera l’un des deux manuscrits originaux de La Marseillaise de Rouget de Lisle à la salle des ventes de Versailles pour la somme de 135 000F.

1979

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *