Téhéran change de régime / Peter Gabriel “Melt”

Le 11 février 1979, Téhéran change de régime. La République islamique est proclamée. Le chah Mohammed Reza Pahlavi, a déjà quitté l’Iran quelques jours auparavant. La rue l’a fait fuir. Dès septembre 1978, les opposants au régime défilent en masse. Réprimées dans le sang, les manifestations prennent de l’ampleur. D’octobre 1978 à janvier 1979, c’est la grève générale, suivi par 4 millions de personnes. La révolte s’installe, encouragée par les appels de l’ayatollah Khomeyni en exil depuis 15 ans. Le chah quitte Téhéran le 16 janvier et Khomeyni y arrive le 1er février. Une foule en joie accueille le « guide » de la révolution. Dix jours plus tard les derniers fidèles du chah sont vaincus et khomeyni s’impose comme le chef de la révolution. Un référendum victorieux, les 30 et 31 mars, lui donne sa légitimité. Le nouveau pouvoir veut établir une société fondée sur l’application du Coran. Mais à cette date, personne ne sait encore quelles sont les réelles intentions de l’homme fort du nouvel Iran.

Peter Gabriel enregistre ici son chef d’œuvre, surnommé « Melt », troisième album solo aux sonorités visionnaires. Un concentré de son univers, entre new wave, rock 70’s, engagement politique et dérives psychiatriques. Un son de batterie, lourd, puissant, dépouillé, muré dans l’écho, sous un rideau de grincements de piano et de cris tribaux venus d’on ne sait quelle nuit des temps. Gabriel a décidé de ne pas utiliser les cymbales, pour ne garder qu’une pulsion brutale. Et c’est son ex-complice, Phil Colins, qui frappe comme un métronome d’acier, inaugurant une veine sonore dont il usera lui aussi. À côté des innombrables bruits qui le traversent, « Melt » est un disque riche en images plus ou moins terrifiantes. Dans une ambiance de thriller, les textes, d’une sombre précision, explorent toutes les faces de la pulsion et de l’effondrement mental. La pochette de ce disque est confiée au collectif Hipgnosis, designers rois du rock progressif. il s’agit d’un portrait «  fondu  » de l’artiste en pleine déliquescence.

1979

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *