The black’s man Burdon

La guerre pour la paix, la fusion des genres et des couleurs; quand l’un des rois du rhythm ‘n blues britannique sixties, familier des abus acidalcoolisés, vient à la rencontre de la funk afro-latino américain, ou quand en 1969 Eric Burdon débarque sur la côte ouest des Etats-Unis pour former avec quelques musiciens d’origines diverses, Eric Burdon & War. En pleine lutte raciale, War fait figure de symbole multi-ethnique.
Après avoir enchainé les succès en Europe avec le groupe The Animals dont le cultissime “House of the Rising Sun” de 1964, Eric Burdon s’évade outre-atlantique pour donner un peu de profondeur et d’exotisme à sa musique. Véritable homme orchestre et créateur insatiable, c’est accompagné des War qu’en 1970, il donnera naissance à l’album “The Black-Man’s Burdon” sur lequel on trouvera cette version très personnelle du “Paint It Black” de Mick Jagger et Keith Richards.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *