The Deviants

Chaînon manquant entre le rock psychédélique et le punk, ce troisième album sans non de « The Deviants » truffé d’happenings incantatoires se caractérise tout d’abord par cette pochette fortement corrosive pour l’époque. En 1969 si ce groupe britannique emblème de la contre culture avait été plus populaire, il est certain que les instances catholiques auraient crié au blasphème.
Il s’agit là de la fin de l’histoire de ce groupe porté par Mick Farren et qui entre 1967 et 1969 sortira 3 albums. Je vous propose donc d’en découvrir le contenu.
Hommages rendus, dans cette émission, à ce journal satirique français à qui on a voulu tirer une balle dans le pied.

Du velours dans les oreilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *