Une église en mouvement

  • En introduction Didier fait un bref rappel du synode diocésain ; temps de réflexion et d’échanges entre les chrétiens du diocèse pour répondre à la question : comment être aujourd’hui disciples-missionnaires ?

Ces 2 années de travail en groupes ont permis à l’assemblé synodale de faire des propositions qui ont abouti à la promulgation par l’évêque de décisions : les actes du synode.

  • Parmi les changements : la création des fraternités de prêtres.

Le 17 septembre à Villefranche, durant la messe, l’évêque a installé tous les prêtres du doyenné dans leurs nouvelles affectations. Ils ont été présentés à l’assemblé des fidèles ainsi que les membres des EAP( équipe d’animation pastorale) Florent, jeune prêtre de 44 ans est l’un d’eux. Originaire de Vendée, sa vocation est née sur le chemin de St Jacques de Compostelle où il a retrouvé le goût de Dieu.

Après ses études au séminaire de Toulouse il a été affecté à Millau d’où il arrive. Florent se dit heureux et cela se voit. Il nous explique ce qu’est un doyenné ( le diocèse en compte 8) : regroupement de paroisses avec une équipe de prêtres( fraternités) qui se partage la charge.

Le nombre restreint de prêtres ne permet plus d’en avoir un par paroisse et pour éviter leur isolement et leur épuisement ils vont s’entraider et se retrouver régulièrement. De nombreux laïcs les épaulent et vivent ainsi pleinement leur baptême ; les maisons paroissiales qui sont des lieux de vie fourmillent de leur présence.

Florent est le doyen, c’est-à-dire l’animateur du doyenné du Villefranchois qui compte 6 paroisses.

  • Autre changement à la Ste Famille après le chapitre général qui vient d’avoir lieu.

Leila, sœur libanaise en France depuis 12 ans et nouvelle supérieure générale explique ce qu’est un chapitre dans sa congrégation. Il a lieu tous les 5 ou 6 ans et tout comme le synode diocésain permet de faire un bilan de tout ce qui a été vécu, des points positifs et des choses à améliorer.

Il a lieu à la maison mère à Villefranche et réuni différentes nationalités, la Ste Famille étant présente sur les 4 continents. C’est un temps de travail guidé par la prière.

Les différentes communautés de par le monde essaient de vivre dans la simplicité et L’amour à l’image de Joseph, Marie et Jésus. Les sœurs œuvrent à des actions de bienfaisance et ont des liens étroits avec les sœurs contemplatives.

  • Emilie et Michel (qui leur a consacré un article sur le Villefranchois) nous parlent du départ des carmélites.

Présentes à Villefranche depuis octobre 1844 grâce à Ste Emilie de rodât qui a souhaité leur présence pour soutenir sa congrégation naissante.

Elles n’ont jamais été plus de 20 et leurs journées étaient rythmées par le travail et la prière : prière pour le monde dont elles n’ignoraient rien et qui pris dans les turbulences de la vie ne prend plus le temps d’un cœur à cœur avec Dieu. En raison de leur âge avancé et de leur petit nombre, elles vont dans d’autres carmels mais grâce à leurs prières un peu d’elles reste avec nous car les villefranchois sont très attachés à leurs carmélites.

Merci à Leila et à Florent pour leur présence et leur témoignage.

Didier Granjou, Emilie Martins, Michel Monbressous.

L’Heure du Carillon

  • Animé par : Didier, Bernard, Emilie, Michel
  • Diffusion : Le deuxième samedi du mois de 10h à 11h, rediffusion le dimanche qui suit de 11h 12h

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *